16 Février 2017

Le gouvernement doit reculer et cesser d’appauvrir les citoyens les plus vulnérables

Québec, le 15 février 2017 – Harold LeBel, porte-parole du Parti Québécois pour les aînés, et Nicolas Marceau, porte-parole en matière de finances, demandent au gouvernement libéral d’entendre raison et de ne pas priver 500 000 aînés de 500 $ par année.

« Tous les députés ont eu, à leur bureau de circonscription, des téléphones d’aînés outrés qui exigent que le gouvernement recule, car ça n’a pas de bon sens d’aller piger 500 $ de plus dans leurs poches. Nous avons une ministre responsable des Aînés, Francine Charbonneau; elle doit porter leur voix, elle qui connaît tous les groupes qui dénoncent cette mesure. Est?ce que la ministre a réussi, au cours des dernières heures, à convaincre son collègue ministre des Finances, Carlos Leitão, d’oublier cette idée? Est-ce qu’elle peut défendre les aînés? », se demande Harold LeBel.

« La vérité, c’est qu’il y a des gens qui avaient depuis longtemps planifié leur retraite en tenant compte de ces 500 $ auxquels ils n’auront plus droit en vertu des changements introduits dans le budget par le ministre des Finances. C’est lui qui a changé les règles du jeu, sans avertissement. Et il y a des gens qui, à partir d’aujourd’hui, vont se faire prendre 500 $ par année pendant 5 ans. C’est ça, le plan libéral pour les aînés », a ajouté Nicolas Marceau.

« Enlever 500 $ par année pendant 5 ans aux gens les plus vulnérables, c’est ce que le gouvernement libéral veut faire. C’est inacceptable! Surtout que pendant ce temps, il continue de verser des centaines de millions de dollars aux médecins. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas les priorités aux bons endroits », ont conclu les députés.

Partager