1 Juin 2017

Nouveau paradis fiscal aux îles Cook : Le ministre des Finances doit faire preuve de transparence

Québec, le 1er juin 2017 – Le porte-parole de l’opposition officielle en matière de finances, Nicolas Marceau, exhorte le ministre des Finances, Carlos Leitão, à faire preuve de transparence quant à son intention d’avaliser la création d’un nouveau paradis fiscal aux îles Cook.

EN BREF

  • Le Parti Québécois dénonce le manque de volonté et de cohérence du gouvernement libéral dans le dossier des paradis fiscaux.
  • Le ministre des Finances a refusé de fermer la porte à l’ouverture d’un nouveau paradis fiscal.
  • C’est la deuxième fois que le ministre des Finances fait fi des recommandations du rapport unanime sur les paradis fiscaux.

« Cette semaine, on apprenait que le gouvernement fédéral ouvre un nouveau paradis fiscal aux îles Cook. Il sera désormais possible d’en rapatrier des profits sans qu’ils soient imposés par le fédéral. Lors de la période de questions, j’ai demandé au ministre des Finances si le gouvernement de Philippe Couillard allait offrir le même statut fiscal que le Canada aux îles Cook. Malheureusement, Carlos Leitão a refusé de répondre à la question », a déclaré Nicolas Marceau.

« Malgré nos demandes répétées, le ministre des Finances a toujours refusé de cesser d’appliquer les conventions fiscales avec plusieurs paradis fiscaux, sous prétexte qu’il est important de conserver une fiscalité harmonisée avec le gouvernement fédéral. Aujourd’hui, devant son absence de réponse, la question demeure : maintenant que le fédéral ouvre un nouveau paradis fiscal aux îles Cook, est-ce que le gouvernement du Québec va encore une fois choisir l’harmonisation, ou va-t-il plutôt exercer un leadership dans la lutte contre les paradis fiscaux? », a ajouté le porte-parole.

Après avoir refusé de donner suite à deux des recommandations unanimes spécifiques à la Caisse de dépôt et placement que contenait le rapport sur les paradis fiscaux, le ministre des Finances démontre encore une fois son manque de volonté dans le dossier de la lutte contre les paradis fiscaux. « Les services publics éprouvent des difficultés à se financer. Les États perdent des revenus fiscaux importants. Le Québec peut et doit jouer un rôle de leader dans la lutte contre les paradis fiscaux, et suivre le mouvement mondial en ce sens. Le ministre des Finances doit prendre ses responsabilités, se tenir debout face au gouvernement fédéral et refuser de cautionner l’ouverture d’un nouveau paradis fiscal », a conclu Nicolas Marceau.

Rappelons que le Parti Québécois souhaite la mise en œuvre de toutes les recommandations du rapport sur les paradis fiscaux.