Nicolas Marceau

Député de Rousseau

L’emploi poursuit sa chute avec une perte de 22 500 emplois à temps plein
vendredi 8 avril, 2016
Facebook
Twitter

Québec, le 8 avril 2016 – À la suite de la parution des chiffres de l’emploi pour le mois de mars, le chef de l’opposition officielle, Pierre Karl Péladeau, le porte-parole du Parti Québécois en matière de finances et de revenu, Nicolas Marceau, le porte-parole en matière d’économie, d’énergie et de ressources naturelles, Alain Therrien, ainsi que le porte-parole en matière d’emploi et d’économie sociale, Dave Turcotte, exhortent le premier ministre Philippe Couillard à sortir de sa torpeur et à s’attaquer sérieusement au problème.

« Le premier ministre libéral est empêtré dans les problèmes éthiques, l’inertie, l’indécision et l’incohérence.  Pendant ce temps, le développement économique du Québec perd encore.  L’emploi stagne au Québec.  Il y a même moins d’emplois en ce moment qu’il y en avait il y a 11 mois.  Depuis l’arrivée au pouvoir des libéraux il y a deux ans, il ne s’est créé que 34 900 emplois.  C’est seulement le tiers des emplois promis en campagne électorale », a déclaré Pierre Karl Péladeau.

« Encore une fois, en mars, le Québec a perdu des emplois : 22 500 à temps plein, pour une perte nette de 11 200 emplois.  Pendant ce temps, dans le reste du Canada, il s’est créé 57 800 emplois à temps plein.  La promesse des 250 000 emplois est portée disparue depuis le dernier budget du ministre des Finances.  Le chiffre n’apparaît même pas dans les documents budgétaires.  Le premier ministre et son trio économique démantelé ont menti aux Québécois », a ajouté Nicolas Marceau.

« L’absence de politique économique va durablement nuire au développement du Québec et de nos régions.  Il est temps que le premier ministre s’en aperçoive.  Nous l’avons vu, hier, lors de l’annonce sur la politique énergétique : il y a beaucoup de promesses et d’objectifs, mais peu de moyens, sans compter l’incertitude dans laquelle sont plongés les entrepreneurs et les PME du Québec.  Il est temps que le gouvernement se dépêtre de ses problèmes et agisse », a pour sa part indiqué Alain Therrien.

« L’austérité libérale, en plus de couper les services à la population et aux familles du Québec, nuit à l’économie et à l’emploi.  Les travailleurs attendent des moyens et des gestes clairs. L’économie du Québec a besoin d’une véritable politique, maintenant ! », a conclu Dave Turcotte.

Partager

À DÉCOUVRIR
Activités régionales