Nicolas Marceau

Député de Rousseau

Les promesses bidon de François Legault aux familles
mardi 7 mars, 2017
Facebook
Twitter

Québec, le 7 mars 2017 – Le porte-parole du Parti Québécois en matière de finances, Nicolas Marceau, déplore que François Legault ait voulu jouer au père Noël avec les familles québécoises, hier, alors que les promesses qu’il a formulées ne reposent sur aucun calcul budgétaire valable. En outre, elles seraient discriminatoires à la fois pour les familles et les enfants de quatre ans, et elles alourdiraient la dette des Québécois.

« François Legault dépense de l’argent inexistant. Il estime que les surplus disponibles à la fin de l’année 2016-2017 seront de 4 milliards de dollars, et propose d’en dépenser 2,2 milliards. Or, cette somme de 4 milliards n’existe pas. D’emblée, 2 milliards doivent être versés au Fonds des générations, tel que l’exige la loi. Le reste des sommes récurrentes a été utilisé pour réinvestir timidement en éducation et en santé. Si par malheur François Legault devait écrire le budget du Québec cette année et appliquer ses promesses, il devrait soit retrancher 2 milliards des budgets de l’éducation et de la santé, soit alourdir la dette du Québec de 2 milliards », a illustré Nicolas Marceau.

Par ailleurs, le chef de la CAQ ne semble pas conscient du fait que ses promesses sont discriminatoires pour les familles et les enfants du Québec. « S’il décidait d’aller quand même de l’avant, François Legault distribuerait 500 $ à chaque personne gagnant moins de 150 000 $ par an; elles sont 6,34 millions au Québec. Résultat : puisque M. Legault ne met que 1,7 milliard de dollars de côté pour son projet, la moitié des contribuables serait laissée pour compte. Trois millions de Québécois, donc des centaines de milliers de familles, ne verraient jamais la couleur de l’argent promis, malgré qu’ils contribuent, comme les autres, au trésor public par leurs impôts, les taxes et les tarifs », a ajouté le porte-parole.

Enfin, François Legault propose d’étendre la maternelle 4 ans à tous les enfants du Québec. Encore une fois, cette mesure est discriminatoire. « Résumons : pour atteindre son objectif, la CAQ mettrait de côté 292 millions – par année, présumons-le. Or, pour couvrir la subvention de 6123 $ par élève pour les 90 000 enfants de 4 ans, il faudrait près de deux fois cette somme. Et c’est sans compter les frais supplémentaires pour soutenir les enfants en difficulté. Bref, avec son plan, la CAQ n’offrirait la maternelle 4 ans qu’à un enfant sur trois. En outre, habitué aux propositions irréalistes, M. Legault n’a pas non plus prévu de budget pour trouver, dans les milliers d’écoles du Québec déjà surpeuplées, des classes disponibles pour loger ses maternelles "mur à mur". La proposition du Parti Québécois de maintenir les CPE pour les enfants de 4 ans et d’ouvrir, en appoint, des maternelles 4 ans dans les zones défavorisées est de loin plus efficace et moins coûteuse », a conclu Nicolas Marceau.

Partager

À DÉCOUVRIR
Activités régionales